Parents z'ordinaires

Rencontre avec M

Bonjour à toi, et merci de tout cœur de venir nous parler de ta parentalité… Allez, un, deux, trois, on y va ! C’est parti ! Première question : Peux-tu te présenter ainsi que ta famille?

Bonjour à tous, je m’appelle M, je suis en couple depuis 7 ans avec Doudou qui est papa d’un petit garçon qui vient d’avoir 8 ans. Nous sommes pacsés depuis 3 ans et une petite princesse est venue agrandir la famille en début d’année 2018 🙂

Comment as-tu rencontré ton chéri ?

Ouh là.. Lol… Au départ doudou était le conjoint d’une collègue de travail chez qui j’allais souvent boire le café après le boulot. Donc je mets les choses au clair, aucune vue sur lui qu’on soit d’accord 😉 Puis, il se sont séparés… j’ai perdu tout contact avec lui, et elle par la même occasion. Puis pour mon anniversaire, j’ai mis un statut sur le célèbre réseau social Facebook en indiquant que je me rendais dans une boîte de nuit. Et là, dans la soirée, Mr Doudou est venu se joindre à nous (après plus de 6 mois sans nouvelles). Nous avons repris contact petit à petit dès ce soir là 😉 Nous nous sommes mis ensemble 6 mois après.

Comment as-tu vécu le fait qu’il ait déjà un garçon d’une première union ?

Comme indiqué plus haut, étant donné que je le connaissais très bien, je me suis lancée à 100% dans cette relation en acceptant son fils (que je connaissais du coup depuis sa naissance). Même si ce n’est pas facile tous les jours, tout le monde a réussi à trouver sa place.

Comment se sont passées les premières rencontres avec ce petit bonhomme ?

Nous y sommes allés tout doucement même si il savait qui j’étais. Je suis passée de la copine à maman à la copine à papa….tout s’est fait naturellement en fait ! Nous lui avons bien expliqué les choses.

Et maintenant, comment définirais-tu ta relation avec lui ?

Dans l’ensemble ça va…Il y a des jours où il va être très affectueux avec moi et d’autres moins, limite dans l’insolence mais je mets ça sur le fait que, maintenant, la pré-adolescence arrive tôt.

Comment est venue l’envie d’un bébé ?

Je travaille dans le domaine de la petite enfance, et depuis mon plus jeune âge j’ai voulu avoir des enfants. Au début de notre relation Doudou n’en voulait pas d’autre. Ce que je comprenais vu que sa première histoire s’était très mal passée. Puis un jour, on en a discuté, puis il a totalement changé de discours. Ça s’est également fait naturellement. je n’ai pas eu à insister en fait pour que l’envie lui vienne aussi. J’arrivais à la trentaine, nous avions tous les deux de bonnes situations donc nous nous sommes lancés 🙂

Comment as-tu appris ta première grossesse et quelle a été ta réaction ? Et celle du papa ?

Je suis tombée enceinte 4 mois après l’arrêt de ma contraception. Je me doutais de quelque chose…j’ai donc attendu le jour où mes règles devaient arriver. Je me souviens, c’était un 1er Avril, un samedi.

Le test était positif….waouh ! En fait je ne pensais pas que cela arriverait aussi vite ! J’ai fondu en larmes bien entendu.

Doudou était en train de se préparer, je l’attendais sagement dans le salon puis quand il est descendu, je lui ai donné le test. En fait je n’avais même pas encore réfléchi à comment le lui annoncer tellement je ne m’attendais pas à ce que cela arrive aussi vite. Il m’a regardé avec des yeux de merlan frit, et m’a pris dans ses bras.

Une épreuve s’est présentée à vous, peux-tu nous expliquer ?

Le jour même, j’ai commencé à avoir des saignements et j’ai de suite compris…Nous étions un Samedi, j’ai donc attendu le Lundi afin de prendre RDV chez mon gynécologue qui m’a donné un RDV dans la journée. Et là, il m’annonce que effectivement la grossesse s’est arrêtée. Il m’explique très professionnellement que 75% des premières grossesses se terminent malheureusement en fausse couche…

L’envie d’avoir un bébé est-elle revenue rapidement ?

L’envie de bébé a été encore plus grande suite à ça….trop même, je ne pensais qu’à ça !  Et pour Doudou aussi, il m’en parlait presque tous les jours.

Une seconde épreuve s’est présentée à vous, quand avez-vous appris que c’était une grossesse-extra-utérine ? Comment avez-vous vécu cette épreuve ?

Me re-roilà sûre d’être à nouveau enceinte, c’était pile 5 mois après la fausse couche. J’ai fait mon test de grossesse sans rien dire à Doudou, par peur de le décevoir…le test est positif. J’appelle mon gynécologue qui me demande de faire une prise de sang. Les résultats tombent, c’est bel et bien positif. Soucieux de mon antécédent, il me demande de re-faire une prise de sang 48H après afin de vérifier que le taux d’hormones augmente correctement.

Malheureusement, le taux avait un peu baissé (ce qui, en général n’est pas bon signe). Il me reçoit donc pour une échographie très précoce et ne voit pas grand chose à part effectivement qu’il devrait y avoir une grossesse car tout est prêt à accueillir un embryon. Il me donne donc RDV 10 jours après et me demande durant ce laps de temps de faire des prises de sang toutes les 48H afin de surveiller ce taux et de l’appeler dès que j’aurais les résultats.

Il m’explique qu’il y a plusieurs possibilités :

– Grossesse non évolutive qui finira en fausse couche

– Grossesse plus tardive que ce que l’on pense donc à surveiller afin de voir l’évolution

– Grossesse extra-utérine

Je décide d’en parler à Doudou car je sentais au fond de moi que j’allais (nous allions) encore traverser une dure épreuve. Durant ces 10 jours, le taux d’hormones ne fait qu’augmenter puis baisser et le gynécologue n’est pas optimiste…

Je me rends à la seconde échographie sans Doudou car il n’a pas pu avoir sa matinée de repos…dans la salle d’attente, l’angoisse monte. Le gynéco regarde mes différents résultats de prise de sang et me dit que ce n’est vraiment pas bon, qu’il faut que je me prépare à une grossesse extra-utérine (GEU). L’échographie commence, elle a duré 1h. Durand 1H je le sens peiné, désolé…..Tout à coup, il me dit qu’il a bien localisé l’oeuf, qu’il n’est pas dans l’utérus comme il le devrait, mais qu’il a arrêté son chemin dans ma trompe gauche.

Je ne réalise pas….Nous nous installons à son bureau, où d’une voix triste, il commence à m’expliquer ce qu’est une GEU, quelles sont les conséquences et surtout le traitement. Il me dit qu’il ne faut pas que je désespère, que là, c’est un accident de parcours.

Il m’explique également que je suis à un stade bien avancé, que l’embryon continue à se développer, mais que dans une trompe cela n’est pas possible…Une décision doit être prise maintenant.

– On attend quelques jours en espérant que la fausse couche se fasse naturellement mais que le risque que ma trompe éclate est énorme vu la taille de l’embryon.

– Ou, une infirmière vient le jour même me faire une injection de Methotrexat (produit utilisé lors des chimiothérapies, qui empêche le développement des cellules)…il est possible qu’une injection suffise, mais la plupart du temps il en faut une 2ème, voire une 3ème et cela peu également se terminer en curetage.

Je prends quand même le temps d’appeler Doudou qui avait déjà essayé de me joindre 3 fois.

Tout s’écroule encore une fois….je le sens triste… Je demande l’avis du gynécologue qui me conseille l’injection. Il me dit que ce produit que l’on va m’injecter est très toxique, qu’il est possible que je perde quelques cheveux, mais que surtout, je ne dois pas retomber enceinter dans les 6 mois suivant cette injection….mon dieu 6 mois….ça va être atrocement long !!!!!

L’infirmière vient me faire cette injection à 17h30. C’est très bête à dire, même si je savais que cette grossesse ne pourrait jamais aller à terme, j’ai eu l’impression de tuer mon bébé…

Cela nous a dévasté ! Doudou a été très présent.

Aujourd’hui, cela fait 2 ans, et je suis encore énormément touchée, je pense que ça restera à jamais la pire épreuve que j’ai eu à traverser.

Et puis, L. a pointé le bout de son nez… Comment as-tu vécu la grossesse ?

Olala….déjà j’ai mis pas mal de temps avant de m’impliquer dans cette grossesse. Même si j’ai été suivie de très près les premières semaines et qu’à chaque fois le gynéco me faisait écouter le cœur afin de me rassurer, je ne voulais pas y croire, je me disais qu’il allait encore se passer quelque chose, je mettais des barrières pour ne pas être déçue. C’est après l’échographie du 1er trimestre que j’ai réalisé que bébé était bien là 🙂 J’ai vécu une grossesse magique, sans nausées, sans vomissements, tout a été plus que parfait.

Comment s’est passé l’accouchement ? Et comment l’as-tu vécu ?

Encore un sujet qui fâche dis donc ! LOL!

Ma pire angoisse pour le jour J était que l’on me fasse une césarienne. Je voulais mettre au monde mon bébé de la manière la plus naturelle qu’il soit. Je me souviens, à tous mes rendez-vous gygy (tous les mois), à peine assise en face de lui, il me disait “ne vous inquiétez pas, on va regarder, mais il n’y a aucune raison que l’on vous fasse de césarienne…on ne sait jamais comment cela va se passer, mais à priori, vous devriez y échapper”…il était rodé avec mon discours sur les césa.

Doudou lui avait même demandé, si tout se passe bien, s’il pouvait l’aider à mettre sa fille au monde. Gygy lui avait répondu “aucun souci, si tout va bien, je vous appellerais lorsque les épaules seront sorties et vous ferez le reste”. On était vraiment content !

Puis voilà que je fissure la poche des eaux un jeudi soir…Sachant les conséquences que cela peut avoir sur bébé (merci aux cours de prépa), nous nous rendons à la maternité où ils décident de me garder car si je n’ai pas accouché dans la journée, ils me déclenchent le lendemain. Et bien sûr, cela ne pouvait pas être si facile, l’accouchement ne s’est pas mis en route spontanément. Ils me déclenchent donc le samedi matin à 9h. Les contractions ne faisaient pas effet sur mon col, et sur le monitoring, on voyait que le petit cœur de ma puce commençait à ralentir sur chaque contraction. La sage femme est venue me dire qu’il fallait faire un prélèvement de sang à L. afin de voir son taux d’oxygénation, et que 30 min plus tard il faudrait le re-faire afin de voir l’évolution.

Puis à la suite du 2ème prélèvement, tout le monde revient en courant dans la salle d’accouchement, le gynéco me dit qu’il faut que je parte au bloc opératoire de suite, que ma fille doit être là dans maximum 20 min. Que son cœur ne supporte plus les contractions…

Mais qu’est ce que j’ai fait pour mériter tout ça??? Me voilà sur le brancard dans les couloirs de la clinique St Roch… Doudou demande au gynéco s’il peut m’accompagner, mais ce dernier lui répond qu’ils n’ont pas le temps de le préparer et qu’il doit attendre. Je fonds en larmes…non pas parce que j’ai peur (je suis d’ailleurs étonnement sereine) mais tout simplement parce que je ne voulais pas de césarienne, et encore moins en urgence !!!!! Ma fille vient d’avoir 9 mois et ce sentiment d’échec est encore là. Je suis frustrée de ne pas avoir pu mettre ma fille au monde normalement.

Comment l’a vécu le papa ?

Doudou a été très affecté aussi…il m’a vue partir au bloc en larmes, il a à peine eu le temps de me faire un bisou, et ils l’ont installé dans une salle à l’autre bout du couloir. Tout le monde étant préoccupé par moi et L, ils l’ont laissé seul dans cette pièce, sans nouvelles sans rien.

Comment se sont passés les premiers instants avec votre petite puce ?

Alors du coup papa a pu profiter du peau à peau avec elle….moi je ne les ai rejoints qu’une heure plus tard. Mais lorsque nous avons été tous les 3…waouh….pas de mots ! J’ai eu l’impression que le temps s’était arrêté.

Et la première rencontre avec son grand frère ?

Son grand frère est venu nous rendre visite à la maternité le Lundi soir. Il était tout timide 😉 Il l’a longuement observée avant de vouloir la prendre dans ses bras.

Quel est votre quotidien aujourd’hui ?

Après toutes ces épreuves, nous avons décidé que je resterai à la maison pour m’occuper de L. Par chance, la société dans laquelle je travaillais à été vendue durant mon congé maternité, et j’ai pu négocier une rupture conventionnelle 😉 Donc actuellement je m’occupe à plein temps de ma princesse, et bosse en parallèle sur un projet de création de MAM (Maison d’assistantes maternelles) 😉

Comment te définirais-tu en tant que mère ?

Je n’aurais jamais pensé que je changerais à ce point là ! Je suis tellement épanouie dans ce nouveau rôle, que j’ai l’impression de ne pas avoir vécu avant… C’est très bizarre comme ressenti… Je suis quelqu’un de nouveau, je suis née le jour où elle est née.

Quelles valeurs souhaites-tu transmettre à ta fille et ton beau-fils ?

L’amour, le partage, et il est très important qu’ils aient une large ouverture d’esprit.

Quel message voudrais-tu faire passer aux parents qui te lisent ?

Je voudrais simplement dire que l’on ne se rend pas compte de la chance que l’on a….beaucoup de couples ne parviennent pas à avoir d’enfant. J’ai eu ce doute quelques mois suite à ma GEU, et ce sentiment est atroce. Pour beaucoup de femmes, il est impensable de ne jamais pouvoir donner la vie… Puis on s’aperçoit que très souvent, c’est un sujet tabou… J’ai découvert que pas mal de mes ami(e)s avait cette difficulté.

On se réjouit de notre grossesse et le crions sur tous les toits sans savoir que quelques fois, des personnes à qui nous le disons sont dans cette souffrance, et que oui, ils n’ont pas éclaté de joie pour nous….On le prend mal, on les critique… Mais c’est juste car ils sont tristes de ne pas y arriver.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *