Parents z'ordinaires

Emilie et sa maternité!

Salut à toi et merci de venir témoigner sur Graines de Parentillages! On a envie d’en savoir un peu plus sur ta parentalité! Mais d’abord, peux-tu te présenter?

Emilie, 39 ans, éco-citoyenne, maman de 2 fillettes de 8 et 4 ans, Assistante de Vie Scoalire (AVS), membre active de l ‘Association Auvergnate pour une Naissance Respectée (AANR)… C’est la naissance de mes filles qui m’a donné envie de créer Nova Naissance, il y a un an ! C’est donc mon 3ème bébé !

Comment as-tu appris ta première grossesse et quel a été ta réaction ?

En plaisantant sur un retard de règles, lors d’un apéritif, où une copine m’a dit que je devrais peut-être quand même faire un test de grossesse… j’ai posé ma desperado… et le lendemain, j’ai appelé mon homme en lui demandant ce qu’il avait prévu pour les 9 prochains mois et surtout les 18 prochaines années ! C’était une grossesse non-prévue.

Comment as-tu vécu cette grossesse, cette entrée dans la parentalité ?

Je me souviens que l’idée d’avoir un bébé me plaisait. Par contre, si je pensais « je vais avoir un enfant », là, c’était panique à bord. Alors, j’ai pris les choses les unes après les autres. D’abord, un déménagement dans une « grande ville », puis la perspective d’une courte vie à 2, puis à 3…

J’ai A-DO-RE être enceinte ! J’ai découvert tout un univers qui m’a passionné dès le début. A commencer par l’allaitement, qui m’a entraîné quand j’ai commencé à vouloir me renseigner, vers l’accouchement à domicile (AAD), puis, en m’informant sur l’AAD, j’ai découvert un super forum local d’Aix-Marseille qui m’a fait découvrir les couches lavables, le portage, la langue des signes pour bébés, les chaussures souples, le cododo… bref, j’ai découvert le maternage proximal, et j’ai adoré ça !

Et l’accouchement alors ?

J’étais accompagnée par une sage-femme AAD. Mais 3 semaines et demi avant le terme, j’ai eu une fissure de la poche des eaux, et en moins de 48h, tout mon projet d’AAD est tombé à l’eau… c’est la mort dans l’âme que j’ai accueilli ma fille dans une maternité niveau III, après avoir été déclenchée, après avoir accepté la péri, bref. J’ai du faire le deuil de mon accouchement à domicile en donnant naissance à ma fille. Sentiment très ambivalent. J’ai toujours le sentiment d’ailleurs, que le lien ne s’est pas créé comme il aurait du …

Raconte-nous les premiers jours aux côtés de ta fille…

Je n’en ai pas beaucoup de souvenirs à vrai dire. Je me souviens des débuts de l’allaitement, pas des plus faciles, mais je ne le vivais pas mal. Elle était plutôt paisible après sa naissance (ça a changé depuis!). Sûrement parce qu’elle « finissait de naître ». D’ailleurs, je me souviens bien que le jour du terme, quand je suis rentrée dans sa chambre, elle était dans son cocoonbaby, et quand je me suis approchée, elle m’a fait son premier vrai sourire ! Je crois qu’elle m’aurait dit « je t’aime », ça m’aurait fait pareil !

Je me souviens aussi avoir souvent dit qu’élever ma fille serait le plus grand défi de ma vie. Ce à quoi les gens me regardaient avec des grands yeux. Et pourtant, est-ce que ça ne devrait pas être le cas pour tout le monde ?

Et le père dans tout ça ?

Ha tiens, bonne idée, je vais lui demander ! Nan, mais sans rire, il n’est pas du genre à exprimer ses émotions, donc compliqué de répondre. Par contre, ce que je peux dire, c’est que pour se projeter un peu dans cette vie à 3, pendant la grossesse, c’était pas gagné pour lui ! Je crois qu’il a vraiment compris ce qu’il se passait quand il a vu sa fille !

Comment l’envie d’un autre enfant a émergée chez toi ?

Me souviens pas trop trop. Mais je (on) voulais 3 enfants à la base. Donc 2 ans et demi après la naissance de la grande, on a décidé d’avoir un 2ème enfant. J’ai eu une fausse couche (oui, parce que faire une fausse couche, on dirait encore que c’est de la volonté de la femme). Et puis, un an après, je suis retombée enceinte. J’avais trop hâte de vivre cette 2ème grossesse.

Comment as-tu vécu cette deuxième grossesse ?

Un peu différemment, forcément. Avec la grande qui allait devenir grande sœur déjà. Et puis, j’étais monitrice d’équitation. A 4 mois et demi de grossesse, je n’avais qu’une hâte : arrêter de travailler ! Pourtant, j’aimais mon métier, mais il était difficilement compatible avec une grossesse. Mais sinon, j’ai tout autant adoré être enceinte, peut-être plus encore, car j’essayais vraiment de profiter pleinement de cet état.

L’accouchement s’est-il passé plus sereinement que le premier ?

Ha oui, c’est sûr ! Même si dans le Puy-de-Dôme, je ne pouvais pas avoir de sage-femme AAD, j’ai pu être accompagnée, en accompagnement global, par un sage-femme libérale qui avait accès au plateau technique de la maternité de Thiers. J’ai donc donné naissance à ma 2ème fille, grâce à mon corps, mon pouvoir et mes propres hormones, en présence uniquement de son papa et de ma sage-femme ! Et oui, j’en suis fière ! Ça m’a aussi permis de guérir de mon premier accouchement… et le lien que j’ai avec ma 2ème fille est différent.

Et les premiers temps dans cette famille nouvellement agrandie ?

Que du bonheur ! Allaitement, portage, couches lavables, cododo… que de bons souvenirs ! J’ai pris beaucoup plus de temps avec cette poulette-là : je n’ai pas repris le boulot finalement jusqu’à son entrée en maternelle. Ce qui ne m’a pas empêchée bien sûr de créer, d’avoir d’autres projets : l’AANR, Nova Naissance…

Comment te définirais-tu aujourd’hui en tant que mère ?

Bzzzzzz, JOKER !

Pensais-tu que tu serais cette mère-là ?

A vrai dire… Oui.

Quelles valeurs voudrais-tu transmettre à tes filles ?

Savoir être indulgent avec soi-même et avec les autres. Respecter la nature, sa famille. J’en ai sûrement d’autres, mais là, je sèche.

Quel(s) message(s) voudrais-tu faire passer aux parents et futurs parents qui te lisent ?

Bon courage !

Et plus sérieusement, E-COU-TEZ-VOUS ! C’est vous qui savez pour vos enfants ! Et informez-vous sinon, auprès de personnes compétentes…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *