Jouons!

Sultanya

Incarnez un des grands bâtisseurs des mille et une nuits et érigez le plus beau palais ! Et oui, car comme le Sultan l’a annoncé, celui qui construira la plus fantastique demeure sera nommé Grand Vizir ! Pas moins ! Tentez votre chance !

Auteur : Charles Chevallier

Illustrateur : Xavier Collette

Joueurs 2 à 4, à partir de 8 ans

Temps : Environ 40 minutes

A noël dernier, j’avais déposé au pied du sapin un paquet bien spécial : une belle boîte de Sultaniya toute neuve ! (Ce qui se la pète moins, c’est que je l’avais emballée dans un vieux papier journal, ayant épuisé toute ma réserve de papier-cadeau standard pour les enfants…) Et oui, lorsque j’ai vu le jeu, j’ai craqué ! Déjà le concept me plaisait bien, le graphisme aussi, puis je me suis dit qu’avec un jeu Bombyx ET Asmodee, je ne pouvais pas me tromper…
Et effectivement, je ne suis pas déçue ! Toute la famille adore ce nouveau jeu qui est vraiment super sympa et très accessible.

Comme dit en intro, le principe c’est de bâtir un palais. Pour cela, on incarne un des huit personnages possibles, inspirés des contes orientaux : Aladin, Simbad, Shéhérazaâde… Et oui, parce que Sultaniya est une vraie ville Perse fondée au XIIIème siècle, faisant aujourd’hui partie du Patrimoine Mondial de l’UNESCO… On y retrouve l’un des plus vieux dômes à double coque du monde, ce qui a ouvert la voix à plein de constructions dans le style, comme le Taj Mahal. Mais bref, je m’égare un peu, revenons au jeu.
Donc chaque joueur reçoit un plateau de base, sur lequel son personnage va tenter de construire le plus beau palais. Chacun marquera des points suivant des éléments différents, qui sont indiqués sur ladite base. Pour la construction en elle-même, on tire des tuiles que l’on doit faire correspondre un peu à la manière d’un puzzle sur notre plateau. Évidemment, chaque tuile présente des éléments différents plus ou moins importants, qui feront gagner plus ou moins de points en fin de partie. On retrouve des dômes, des jardins princiers, des minarets, des portes infiniment bien travaillées, des jolies fenêtres, des tours, etc.
En plus de cette règle de base se rajoutent des bonus : les deux objectifs mystères remis à chaque joueur en début de partie, et l’appel aux 4 Djinns, qui ont tous un pouvoir différent (Bon, bien sûr, il va falloir les payer en saphir… Un Djinn, cela ne travaille jamais bénévolement, il faut le savoir!).
A la fin de la partie, on compte les points que chaque joueur a placé en bâtissant son palais. Le gagnant devient Grand Vizir… La grande classe !

preview

Si Sultaniya n’est clairement pas un jeu d’ambiance, il peut néanmoins amener pas mal d’interactions entre les joueurs. Nan, mais parce que ériger un palais, c’est bien, mais empêcher les autres de construire le leur… C’est vachement rigolo !
Idéal pour jouer en famille ou entre amis, les règles sont aussi simples à expliquer qu’à comprendre. Il y a pourtant quelques petites subtilités qui amènent le joueur à faire preuve de stratégie. De plus, le côté « pur hasard » de la pioche des tuiles est largement atténué par la possibilité d’utiliser les Djinns.
Autre point fort : la matériel ! La fabrication est vraiment soignée, et le rendu est très beau et de grande qualité ! Chez nous, cela donne Poulette (9 ans et demi) qui regarde le jeu pour la première fois et qui s’écrie « Ooooh ! Ce sont de vrais saphirs vous croyez ?? »

Si vous vous sentez l’âme d’un grand bâtisseur, ou si vous avez envie d’animer tranquillement vos soirées d’automne autour d’une petite infusion et d’un jeu fort agréable…Foncez !

preview

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *