Education en Réflexions

Osons nommer le sexe des petites filles!

L’autre soir, lors d’une soirée entre copines, nous discutions du petit nom que donnaient nos parents à notre sexe quand nous étions petites filles. De la foufoune à la zézette, en passant par la nénette, la minette, la choupette, la mimi, le coco, le toto et la fesse, sans oublier la zizounette. Il y en avait à priori pour tous les goûts, mais aucune expression, aucun mot ne faisait consensus. Ça alors ! Pourtant, chez les garçons, le zizi fait l’unanimité !

En y réfléchissant de plus près, je me suis aperçu que les adultes ont tendance à être très gênés lorsqu’il s’agit de trouver un mot pour nommer la vulve d’une enfant, à tel point que lorsqu’ils n’empruntent pas le mot de leur culture familiale -quand ils y sont vraiment obligés-, ils ne le nomment pas du tout.
« Tu as les fesses rouges » Oui, enfin, surtout la vulve en fait.
« Je te nettoie là ». Je te nettoie la vulve.
« Vas dans ta chambre si tu veux te toucher ici » . Ici, c’est une vulve.

J’ai en tête cette mère qui me transmettait des informations concernant sa fille avant de la laisser à la crèche pour la journée. « Je lui ai mis de la crème sur, heu. Sur la… Enfin, sur sa… sur son… Ben, heu… Sur… son petit sexe quoi. » Ouf, c’était dit. Ce n’était pas facile, alors il a fallu rajouter le mot « petit » pour minimiser le gros mot « sexe » qui est venu ensuite. Je me rappelle également qu’elle a guetté ma réaction. Elle avait sans doute besoin d’être rassurée que le mot utilisé ne m’avait pas choqué, que je ne la jugerai pas d’utiliser ce mot en parlant d’une fillette.

Je n’ai jamais été témoin d’une scène similaire concernant un garçon. Dans notre société, en plus d’être usuel, commun et conventionnel, le « zizi » (le mot comme l’organe) n’est pas tabou.
Voici une petite histoire qui se passe à la crèche. Lola et Evan ont un peu plus de 2 ans. Ils sont dans la salle de change. Evan se lève du pot. J’aide Lola à s’habiller un peu plus loin. Lorsqu’elle voit Evan sans slip, elle s’approche plus près, regarde son sexe avec étonnement, le pointe du doigt. Evan se met bien droit, port de tête altier et lui dit fièrement « Et ouiiiiiiii !!! C’est mon ziziiiiiiii !!! ».
On voit ici que Evan peut nommer son pénis. Lors de ces situations où les enfants découvrent les différences des deux sexes, il est très fréquent d’entendre « Et oui, tu vois, il a un zizi parce que c’est un garçon, et toi tu n’en as pas parce que tu es une fille » ou alors « Les garçons ont un zizi, les filles n’en ont pas ». Mais alors, qu’est-ce qu’elles ont les filles ?

Jamais on a entendu « Les filles ont une vulve, les garçons n’en ont pas. »
Jamais on ne voit un adulte hésiter avant de prononcer le mot « zizi ».
Tout le monde sait ce qu’est un zizi. Mais une choupette ? Un coco ? Une moumoune ? Un toto ?? Et il y a aussi les mots qui portent à confusion… Une minette, vraiment ? Miaooooww. Une nénette ? Une fesse ?? Là, il faut carrément réviser nos cours d’anatomie…
Et puis il y les zézettes, zizettes, les zizounettes qui ne sont que des zizis féminins. Pourtant, je n’ai pas l’impression qu’une vulve ne soit qu’un « pénis de fille ».

Et si c’était par là que tout commençait ? Le sexe fort, celui dont on peut crier le nom dès notre plus tendre enfance, celui dont on peut être fier. Le sexe faible, celui qu’on tait ou qu’on confond, celui qui n’existe pas…
Oser nommer le sexe des petites filles, s’entraîner à ne plus éviter de le dire, c’est le faire exister. Et qui sait, peut-être que Lola pourrait alors elle aussi crier « Et ouiiiii ! C’est ma vuuuuuuulve ! »

 

21 thoughts on “Osons nommer le sexe des petites filles!”

  1. Merci pour cet article !
    Je peux témoigner d’un autre avantage à nommer les organes des filles : ma fille a 4 ans et un garçon de son age lui a mis la main dans la culotte à la sieste. Ca a été éprouvant pour elle, mais comme depuis toute petite nous nommons les différentes parties de son anatomie intime elle a pu nous dire qu’il avait touché le pubis mais pas la vulve ni l’anus. Je peux vous dire qu’en tant que parent c’était plus facile de débriefer sachant cela que sans certitude de ce qui s’est passé. En plus depuis petite on lui laisse un petit miroir avec lequel elle peut se regarder et elle peut poser des question si elle le souhaite (et elle en pose).

      1. Zizi est un terme enfantin pour éviter de dire pénis. Pénis et vulve sont les mots appropriés. J’écris ça car en lisant votre article, je trouvais qu’il n’y avait aucune différence entre les mots enfantins qu’on cherche à donner à la vulve pour éviter de dire vulve et le mot enfantin zizi que l’on donne au pénis pour éviter de dire pénis.

        1. utiliser ou non un terme enfantin pour nommer le sexe d’un enfant est un autre sujet intéressant oui 🙂 Je ferai sans doute un article dessus dans quelques temps.

  2. Super article criant de vérité! Même sur un adulte, c’est difficile de dire “vulve” pour une femme. C’est dingue cette espèce de tabou autour du sexe féminin!
    Je n’ai pas encore réfléchit à comment je nommerai son sexe à ma fille, mais oui, pourquoi ne pas dire vulve tout simplement?

  3. Je trouve quand même étrange de vouloir nommer la vulve par son vrai nom, mais de continuer à vouloir appeler le pénis par le surnom “zizi”. C’est un peu contradictoire, et je pense que tant du côté maaculin que du côté féminin, il eat important d’utiliser les vrais mots avec les enfants. Le fond de l’article est bon, mais ce détail m’agace profondément…

    1. Mince, je crois que nous nous sommes mal compris. Je ne parle pas ici d’appeler forcément le sexe des fillettes par son “vrai” nom “la vulve” mais par un mot qui fasse consensus, que tout le monde connaisse et que ne désigne pas également autre chose. Un équivalent de zizi en fait. Puisqu’il n’y a pas de “petit nom” qui fasse consensus, j’utilise le mot vulve. Le sens profond de l’article est de nommer la vulve autant qu’on nomme le pénis. De ne plus donner du “ça” et du “là”, de ne plus éviter de le dire. Que le sexe des filles cesse d’être tabou. Donner le vrai nom des organes (ou même des choses en général) est un sujet intéressant également, mais ce n’est pas le sujet de cet article. Je pense que j’en ferai un prochainement sur ce thème 🙂

  4. C’est certainement idiot mais quand je raconte des livres sur le corps à mon fils (18mois), je parle de zizi rentré et de zizi sorti. Pour moi les filles ont un zizi… Que j’appelle zizi.

    1. Autant il est intéressant que vous mettiez sur un pied d’égalité les sexes “du dehors” et “du dedans”, autant est-ce que votre fils ne va pas s’imaginer que les filles ont un pénis rentré à l’intérieur?

  5. Article très intéressant et edifiant.
    J’ai un garçon et j’attend une petite fille, et avec mon grand on commence à parler des différences filles garçons, c’est la période où il s’y intéresse. J’ai tout de suite parlé de zézette pour les filles, en lui montrant dans un imagier des bébés.
    Du coup je ne suis pas d’accord quand vous dites que zézette est un dérivé de zizi, on pourrait dire l’inverse. J’aime au contraire que les deux mots aient la même “racine”, ça indique bien qu’il s’agit du même type d’organe mais qu’ils ont leurs particularités.

  6. Bonjour,

    Excellent article qui tombe à point le jour où une situation similaire s’est passée en crèche également.
    Depuis la section des bébés j’appelle une vulve et un penis ( pas de zizi, zezette …) le sexe des enfants.
    Aujourd’hui un garçon de 3ans me dit qu’il a vu les fesses de devant de sa petite sœur. Je lui explique alors qu’on appelle le sexe de devant la vulve pour les filles et le penis pour les garçons.
    Après un paquet de questions ( et ta maman elle a quoi? Et ma mamie elle a quoi? Et la chienne du voisins?…) il fut rassuré que sa petite sœur n’ai pas deux paires de fesses amis bien un sexe comme tout le monde.

    Lors des transmissions je fais part de cette histoire aux parents que m’en disent qu’a la maison ils appellent ça le zizi et la nenette chez les petites filles puis la zezette chez les grandes filles. Je demande alors à quel âge la petite fille change de sexe pour qu’il change de nom également? Après un moment d’hesitation les parents sont tombés d’accord pour appeler ça une vulve et un penis.

    Pourquoi est-ce si vulgaire? Faut-il aussi appeler la poitrine des tétés parce que seins ou poitrine c’est trop cru?
    Arrêtons les tabous autour du sexe.

    Merci pour cette article.

  7. Merci pour cet article très juste qui va être partagée sur ma Page.

    Moi qui lutte contre les stéréotypes et le sexisme, cela commence dès le départ. 🙂
    On se moquait de moi quand j’étais enceinte et que je disais que je nommerai sa vulve “vulve”.
    Eh bien, je mets en pratique. Ma fille a sa vulve qui est verbalisée et nettoyée très clairement! 😉

    Bonne continuation!

    1. Merci pour le partage de votre expérience… Quand il s’agit de féminisme, autant que d’éducation bienveillante et consciente, on a souvent droit à des moqueries… Mais petit à petit, ça rentre dans les mœurs! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *