Education en Réflexions

Chien et tout-petit : pour que tout se passe au mieux!

Comme le dit l’adage, le chien est le meilleur ami de l’homme. Pour la plupart d’entre nous, notre chien fait partie de la famille… Et pour nos enfants, il est un vrai compagnon de jeux, compagnon de vie ! Parfois même un confident…

Les tout-petits aiment aussi la compagnie de nos amis à quatre pattes, mais ils ne savent évidemment pas encore décoder leur langage… Et oui ! Il faut savoir que notre chien nous parle ! Écoutons-le pour que la cohabitation avec les enfants se passe au mieux !

Le langage du chien est avant-tout gestuel, corporel et sonore. Pour bien comprendre les signaux qu’il envoie, il faut connaître quelques bases de la communication canine et -bien sûr- observer votre poilu.

Voyons tout d’abord quelques comportements fréquents lors d’un stress chez le chien :

– il baille,

– il se secoue car il a été frustré dans ses mouvements,

– il se gratte d’un coup au niveau du cou,

– il broute de l’herbe,

– le bout de sa langue sort et il lèche sa truffe

– il tourne la tête et se lèche les babines

– il cligne des yeux,

– il renifle le sol,

– il grogne.

Ces signaux dits « d’apaisements » montrent que le chien est mal à l’aise, que la situation ne lui convient pas et qu’il cherche à s’apaiser tout seul. A ce moment-là, le mieux à faire est de le laisser tranquille pour qu’il puisse trouver sa manière de s’apaiser. Il reviendra vers vous lorsqu’il se sentira mieux.

Il est fortement déconseillé de punir un chien qui grogne. En effet, ses grognements sont une manière de prévenir qu’il est très mal et qu’il faut arrêter la situation qui le stresse. Si le chien est puni lors de ses grognements, il risquera de passer à l’acte, c’est-à-dire de mordre, sans prévenir lors d’un prochain stress.

Il est important de repérer les signes de malaises chez votre chien et de les transmettre à votre enfant en les verbalisant. Cela lui permettra petit à petit de comprendre lui-même le langage de son compagnon. Le tout dans un message clair et précis…« Titus est stressé, il faut le laisser seul » « Tu vois, Tobby grogne, il n’apprécie pas que tu le caresses. Éloigne-toi maintenant, il veut qu’on le laisse tranquille. »

Il est également nécessaire de sécuriser un maximum la relation entre votre petitout et votre poilu en instaurant des règles repérables pour tout le monde.

Premièrement, il est nécessaire d’aménager un coin de replis confortable pour votre poilu. Une corbeille ou un tapis placé dans un endroit de la maison qui ne soit ni trop passant, ni trop bruyant, par exemple dans un coin du salon. Le chien pourra se réfugier dans cet endroit lorsqu’il en éprouvera le besoin. Il est important que l’enfant respecte cette zone de confort, qu’il le repère comme étant l’espace où le poilu a besoin d’être tranquille ou de se reposer. Si le chien est dans son coin mais que votre petitout a envie de le caresser ou de jouer avec lui, aucun soucis : il lui suffira de l’appeler ! Si le chien vient joyeusement de lui-même, c’est qu’il accepte le moment de complicité que l’enfant lui demande. S’il reste dans son panier, c’est qu’il n’est pas prêt à rentrer en relation. Ici encore, la verbalisation pour l’enfant sera de mise… « Tu vois, Chouchou ne se lève pas… Il n’a pas envie de jouer. Tu pourrais lui redemander plus tard ? »

Il est également indispensable de ne pas déranger votre poilu lorsqu’il mange. L’enfant ne doit pas jouer dans la gamelle du chien, et surtout ne pas lui enlever de croquettes car il l’associerait ensuite au déplaisir et à la frustration. Au contraire, il peut être intéressant que votre petit rajoute quelques croquettes dans la gamelle, par exemple à la fin du repas du chien, car il l’associerait alors au plaisir… Qui a dit gourmand ???

Pour les moments de câlins, certaines règles seront aussi à respecter pour que la relation se passe au mieux ! Il vous faudra veiller à ce que l’enfant ne surprenne pas le chien, mais s’approche en prévenant de son arrivée. L’appeler par son prénom, faire un petit bruit amical… Une fois le contact établi, il est évident que les papouilles doivent se passer avec douceur et dans le plaisir… Si le petit lui fait mal, en lui tirant les poils par exemple, il risque de l’associer à la douleur et au stress, ce qui entacherait négativement la relation. Aussi, il est recommandé de ne pas caresser un chien au niveau du museau et de la tête, car cela peut le mettre en situation d’inconfort. (Cela est dû à la présence de vibrisses qui sont des capteurs folliculaires très puissants et extrêmement sensibles!) Votre poilu préférera des caresses et grattouilles derrière les oreilles, sur les épaules et les pattes, ainsi que sur le poitrail.

Concernant les moments de jeux, il est préférable que ce soit vous qui décidiez du début et de la fin, afin de ne pas dépasser les 15 minutes. Au-delà, le chien risquerait de monter en excitation et de ne plus bien se contrôler. Cela serait alors dangereux pour votre petitout.

Pour éviter que votre bambin se fasse bousculer aux moments des entrées et sorties dans la maison, il est conseillé d’apprendre à votre chien à s’asseoir et ne pas bouger avant d’ouvrir la porte. Un fois que tout le monde est sorti ou entré, ça sera son tour de passer. Cela lui évitera de passer comme un boulet de canon et de faire tomber bébé !

Enfin, il est important de savoir que pour avoir un chien équilibré et donc à l’aise avec les enfants de tout âge (et aussi avec les adultes et inconnus d’ailleurs!), il est nécessaire de lui offrir une vie riche en expériences ! Il lui faut rencontrer d’autres chiens, c’est pourquoi il est intéressant de se rapprocher d’un club canin ou de vos amis propriétaires de chien afin de faire des activités ensemble. N’hésitez pas à l’emmener partout où les chiens sont autorisés ! Plus il vivra des situations diverses et variées, plus il apprendra à les gérer !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *